Ventilation mécanique

L’objectif de la ventilation mécanique du patient est d’aider à améliorer les échanges en oxygène et dioxyde de carbone entre le sang du patient et l’air contenu dans les poumons du patient. De soutenir le travail respiratoire du patient lorsque sa propre physiologie n’y parvient pas seule

noninvasive-invasive-ventilation-therapy-patient

Ventilation non invasive (VNI)

La ventilation non invasive (VNI) supplée la respiration du patient sans nécessité d’avoir recours à une intubation ou une trachéotomie mais via un masque ou un embout buccal. En effet, la VNI délivre un traitement efficace avec un risque d’infection moindre et permet ainsi d’améliorer la survie des insuffisants respiratoires1-3. Il faut bien sûr veiller à choisir la solution la plus adaptée au patient et à son environnement.

La ventilation non invasive assiste la respiration du patient en :

  • fournissant les bonnes pressions inspiratoires et expiratoires ou les volumes courants nécessaires pour soutenir les besoins respiratoires individuels ;
  • améliorant la ventilation minute alvéolaire 2;
  • participe à optimiser le recrutement des alvéoles collabées.

Les bénéfices de la ventilation non invasive

Dans le monde entier, la ventilation non invasive est privilégiée3 par rapport à la ventilation invasive. Adaptée aux patients en milieu hospitalier ou à domicile, la ventilation non invasive :

Facilite les activités quotidiennes. Un traitement VNI efficace peut aider les patients à augmenter l’utilisation de la capacité pulmonaire. Cela permet de réduire l’effort respiratoire2 et rend les activités courantes plus faciles.

Soulage divers symptômes. Les céphalées matinales, la fatigue diurne et les essoufflements sont certains des symptômes quotidiens susceptibles d’apparaître à cause des faibles niveaux en oxygène (O2) ou de l’accumulation de dioxyde de carbone (CO2). En contribuant à normaliser les niveaux de CO2et d’O2 dans le corps, le traitement par ventilation non invasive aide à soulager les symptômes dans la durée pour améliorer la qualité de vie des patients1.

Peut réduire les durées d’hospitalisation et éviter l’aggravation des maladies. Les patients traités par ventilation non invasive ont tendance à passer moins de temps à l’hôpital1. En garantissant une ventilation appropriée, les patients sous VNI peuvent éviter les insuffisances respiratoires. Souvent prescrite pour les traitements à domicile, la VNI est à la fois pratique et efficace.

patient-carer-invasive-ventilation-nmd

Pathologies traitées par ventilation non invasive

Votre patient peut avoir du mal à respirer et a peut-être besoin d’un ventilateur à cause d’une pathologie plus grave comme :

  • la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), avec un emphysème et/ou une bronchite;
  • le syndrome obésité-hypoventilation (SOH) ;
  • une maladie neuromusculaire ;
  • une pathologie de la paroi thoracique ;
  • des troubles respiratoires à cause d’une blessure de la colonne vertébrale, voire de la moelle épinière.

Deux types de tube sont utilisés pour la ventilation invasive mécanique :

  • la canule endotrachéale standard – entrée par le nez ou la bouche, la canule endotrachéale standard assure l’étanchéité des voies aériennes lorsque le ballonnet est gonflé et étanche, et est principalement utilisé chez les patients adultes présentant des insuffisances respiratoires aiguës. Une canule endotrachéale sans ballonnet peut être utilisée chez les patients pédiatriques2.
  • la canule de trachéotomie – insérée par une stomie, une ouverture réalisée pendant une opération chirurgicale au niveau de la trachée, la canule de trachéotomie est utilisée chez les patients nécessitant une ventilation mécanique à long terme. Elle existe avec ou sans ballonnet; les canules de trachéotomie assurent l’étanchéité des voies aériennes pour contrôler la ventilation mécanique, alors que les canules à ballonnet plaqué ou sans ballonnet peuvent être introduites lorsque le patient est plus stable (ou en pédiatrie).

La ventilation invasive peut être utilisée pendant l’insuffisance respiratoire aiguë, le sevrage et l’insuffisance respiratoire chronique, lorsque la ventilation non invasive ne peut pas être gérée correctement. Elle peut également être utilisée pour maintenir les voies aériennes du patient pendant une procédure chirurgicale, comme les intubations effectuées en soins intensifs.

Références :

    1. Tobin M (ed.), Principles and practice of mechanical ventilation, 3rd ed,1994.
    2. International Consensus Conferences in Intensive Care Medicine: noninvasive positive pressure ventilation in acute Respiratory failure. Am J Respir Crit Care Med, 2001.
    3. Robert D, Argaud L. Clinical review: long-term noninvasive ventilation. Crit Care, 2007.