Dépistage et diagnostic de l'apnée du sommeil

Commencer à identifier les signes du syndrome d’apnées du sommeil et comprendre les différentes étapes du dépistage et du diagnostic.

Pour commencer : reconnaitre des signes du syndrome d’apnées du sommeil

Étape 1

Si vous avez du mal à dormir, si vous ronflez ou si vous pensez que vous souffrez d’apnées du sommeil ou d’une pathologie respiratoire, vous devez prendre ces signes au sérieux et suivre deux étapes simples :

Quels sont vos symptômes ? Font-ils partie des symptômes courants du syndrome d’apnées du sommeil ? Sont-ils le signe d’autres pathologies respiratoires ?

Parlez-en à votre médecin qui vous orientera le plus souvent vers un médecin spécialiste du sommeil. Seul ce médecin spécialiste du sommeil peut poser le diagnostic de syndrome d’apnées du sommeil.

Comprendre les étapes du dépistage et du diagnostic

Étape 2

Si vous pensez souffrir d’apnées du sommeil, adressez-vous à votre médecin pour parler de vos symptômes.

Si votre médecin suspecte un risque d’apnées du sommeil ou un autre trouble du sommeil, il vous orientera vers un médecin spécialiste du sommeil qui prescrira soit un enregistrement de votre respiration pendant la nuit, soit un enregistrement de votre sommeil. Le diagnostic posé, vous pourrez bénéficier d’un traitement adapté.

  • Enregistrement de la respiration pendant la nuit appelé Polygraphie Ventilatoire, réalisé à domicile ou dans un laboratoire du sommeil. C’est l’examen le plus courant et le plus simple pour diagnostiquer le syndrome d’apnées du sommeil.

Dans un laboratoire du sommeil ou au cabinet du médecin, on place des capteurs sur votre corps qui enregistrent les paramètres de votre respiration pendant la nuit . Allez-vous coucher suivant vos habitudes, et l’enregistrement démarre automatiquement. Le matin venu, vous devrez retirer tout l’équipement et rendre l’appareil à votre médecin.

  • Enregistrement du sommeil à domicile ou à l’hôpital, appelé Polysomnographie. Cet examen plus complexe est réservé au diagnostic des troubles du sommeil ou à certains cas de syndrome d’apnées du sommeil.

Dans un laboratoire du sommeil ou au cabinet du médecin, on place des capteurs sur votre corps qui enregistrent les paramètres de votre sommeil ainsi que votre respiration. Allez-vous coucher suivant vos habitudes, et l’enregistrement démarre automatiquement. Le matin venu, vous devrez retirer tout l’équipement et rendre l’appareil à votre médecin. Il se peut également que le personnel clinique veuille, avec votre autorisation, filmer pour en savoir plus sur vos comportements de sommeil. Cela est nécessaire pour évaluer les mouvements inhabituels au cours de votre sommeil (comme la somniloquie ou le somnambulisme) et les crises nocturnes. Ce type d’étude requière que vous passiez la nuit dans l’établissement. Il est donc préférable que vous apportiez tout ce dont vous avez besoin pour votre routine de sommeil habituelle, incluant votre pyjama et vos effets de soins personnels.

Si le syndrome d’apnées du sommeil est diagnostiqué, comment peut-on évaluer sa sévérité?

Syndrome d’apnées du sommeil léger- Si vous présentez 5 à 14 interruptions de la respiration par heure de sommeil.

Syndrome d’apnées du sommeil modéré - Si vous présentez 15 à 30 interruptions de la respiration par heure de sommeil.

Syndrome d’apnées du sommeil sévère - Si vous présentez plus de 30 interruptions de la respiration par heure de sommeil.

Que se passe-t-il si je suis diagnostiqué(e) ?

Si vous êtes diagnostiqué(e) avec un syndrome d’apnées obstructives du sommeil, le médecin du sommeil vous prescrira le traitement adapté.

Si votre syndrome d’apnées obstructives du sommeil est modéré, une orthèse d’avancée mandibulaire (OAM), comme le dispositif Narval™ , est l’option de traitement prescrite (sauf pour certains patients avec un profil médical complexe). Vous serez aussi probablement encouragé à changer votre mode de vie, comme perdre du poids ou limiter votre consommation d’alcool.

Si votre syndrome d’apnées obstructives du sommeil est sévère, une machine de Pression Positive Continu (PPC) est l’option de traitement prescrite. Vous serez aussi probablement encouragé à changer votre mode de vie, comme perdre du poids ou limiter votre consommation d’alcool.

Si le syndrome d’apnées du sommeil n’est pas diagnostiqué mais vous continuez néanmoins de mal dormir ou de présenter des symptômes d’apnée du sommeil, adressez-vous à votre médecin. N’hésitez pas non plus à consulter nos astuces pour une bonne nuit de sommeil.

 

Termes médicaux courants que vous êtes susceptibles de rencontrer dans les résultats de vos enregistrements

    • Apnée : arrêt de la respiration pendant votre sommeil d’une durée de 10 secondes et plus.
    • Hypopnée : réduction de 30 % ou plus du débit d’air pendant 10 secondes et plus associée à une réduction de 3 % au minimum du niveau d’oxygène sanguin.1
    • Indice d’apnée-hypopnée (IAH) : nombre d’apnées et d’hypopnées par heure de sommeil mesurés pendant l’enregistrement de la respiration au cours de la nuit. L’indice permet d’évaluer la sévérité du syndrome d’apnées du sommeil. Chez les adultes, 5 à 15 évènements indiquent un syndrome d’apnées du sommeil léger, 15 à 30 évènements indiquent un syndrome d’apnées du sommeil modéré et plus de 30 évènements indiquent un syndrome d’apnées du sommeil sévère.2
    • Polygraphie ventilatoire : Enregistrement des paramètres respiratoires pendant la nuit, effectué à domicile ou à l’hôpital : méthode simple et pratique de diagnostic du syndrome d’apnées du sommeil tout en profitant du confort de votre propre chambre.
    • Polysomnographie : Enregistrement des paramètres du sommeil et des paramètres respiratoires, effectué à domicile ou à l’hôpital qui utilise des techniques telles que l’EEG, l’EMG et l’EOG (voir ci-dessous).
    • Électroencéphalogramme (EEG) : enregistrement de l’activité électrique cérébrale qui se modifie entre l’éveil et les différents stades de sommeil
    • Électromyogramme (EMG) : enregistrement de l’activité électrique du système musculaire qui se modifie entre l’éveil et les différents stades de sommeil.
    • Électrooculogramme (EOG) : enregistrement de l’activité électrique des yeux qui se modifie entre l’éveil et les différents stades de sommeil. L’analyse simultanée de ces 3 paramètres permet d’identifier le début et la fin du sommeil et d’évaluer la qualité du sommeil sur l’ensemble d’une nuit.

Quels sont les bénéfices du traitement ?

Le traitement du syndrome d’apnées du sommeil vous aidera à mieux dormir, à favoriser un regain d’énergie et à améliorer votre santé générale.4

nick-cpap-patient-testimonial

Références :

  1. Berry, R.B., et al., Rules for scoring respiratory events in sleep: update of the 2007 AASM Manual for the Scoring of Sleep and Associated Events. Deliberations of the Sleep Apnea Definitions Task Force of the American Academy of Sleep Medicine. J Clin Sleep Med, 2012. 8(5): p. 597-619.
  2. Osman, A.M., et al., Obstructive sleep apnea: current perspectives. Nat Sci Sleep, 2018. 10: p. 21-34.
  3. Iber, C., Ancoli-Israel, S., Chesson, A., and Quan, S.F. for the American Academy of Sleep Medicine, The AASM Scoring Manual for Scoring of Sleep and Associated Events: Rules, Terminology and Specifications. American Academy of Sleep Medicine, 2007. 1st Ed (Westchester, Illinois).
  4. Campos-Rodriguez, F., et al., Continuous Positive Airway Pressure Improves Quality of Life in Women with Obstructive Sleep Apnea. A Randomized Controlled Trial. Am J Respir Crit Care Med, 2016. 194(10): p. 1286-1294.